Renforcement des capacités pour le passage à la comptabilité patrimoniale au Sénégal

Les directives communautaires adoptées en juin 2009 par la Commission de l’UEMOA et ses Etats-membres introduisent des innovations majeures, tant au niveau technique qu’organisationnel, dans la gestion des finances publiques, en vue de renforcer la qualité, l’exhaustivité et la sincérité des informations relatives au patrimoine des entités publiques (Etat, collectivités territoriales, établissements publics).

Le Pôle « Stratégies de développement et finances publiques », initiative conjointe du PNUD et de la France, partenaire stratégique de la Commission de l’UEMOA appuie les administrations nationales dans le cadre du Programme d’appui aux réformes du cadre harmonisé des finances publiques (PAFP)[1] de la Commission.

Ainsi, au Sénégal, dans le cadre des activités programmées par le «Projet d’Appui à la Gouvernance des Institutions nationales et locales» (PAGIS) de la Coopération française, le Pôle a organisé un atelier sur les enjeux du passage vers la comptabilité patrimoniale et en droits constatés au Sénégal, du 25 au 27 avril 2017, avec l’appui d’experts de la Direction Générale des Finances publiques (DGFIP France)

Cette activité a permis d’apporter un appui méthodologique et opérationnel aux acteurs nationaux impliqués dans les travaux du Comité technique sectoriel «Réforme de la Comptabilité de l’Etat». Au regard des avancées significatives réalisées par les administrations nationales dans la préparation du bilan d’ouverture en comptabilité patrimoniale de l’Etat, l’atelier a contribué, d’une part, à renforcer la synergie entre les acteurs impliqués dans les travaux techniques, et au renforcement de leur dialogue avec la Cour des comptes; d’autre part, à permettre des échanges de bonnes pratiques, en particulier, au regard du retour d’expérience de la France sur la conduite de la réforme de la comptabilité de l’Etat.

Les administrations et entités participant au Sous-comité technique «Elaboration du bilan d’ouverture» (Direction Générale de la Comptabilité Publique et du Trésor, Direction Générale des Impôts et des Domaines, Direction du Matériel et du Transit Administratif, Inspection Générale d’Etat, Agence de Gestion du Patrimoine Bâti de l’Etat, notamment), ont présenté les avancées des travaux de préparation du passage en comptabilité patrimoniale. Les débats ont mis en lumière les défis rencontrés sur les différents volets d’une réforme qui se caractérise par sa complexité et l’articulation indispensable entre tous les acteurs. Les administrations nationales, face à ces enjeux, peuvent prendre appui sur le Pôle et leurs différents partenaires techniques et financiers dans la conduite de cette réforme.


[1] 6 composantes: 1) communication et dissémination; 2) formation; 3) transposition des directives dans les droits nationaux ; 4) suivi/évaluation de la transposition des directives; 5) adaptation et renforcemennt des systèmes d’information et 6) mise en œuvre des réformes des finances publiques.